Sirius Weekly 29 juni 2012

Posted on 29/06/2012 door

0


Het Sirius Legal Media Team rapporteert ook deze week over enkele leuke nieuwtjes m.b.t. mediarecht en intellectuele eigendom. Ideale lectuur voor dit weekend wanneer u in uw tuin ligt te genieten van het aangename weer.

Saviez-vous que Google Suggest est à nouveau assignée en justice ?

Nous vous avions déjà annoncé en décembre dernier  la condamnation de Google par la Cour d’Appel de Paris pour injure publique. Lors de l’introduction des mots « Lyonnaise de G » dans Google, « lyonnaise de garantie escroc » nous était suggéré comme résultat.

La société californienne avait alors été sommée de retirer la suggestion “lyonnaise de garantie escroc” de son moteur de recherche, sous peine d’une astreinte.

La Cour d’Appel avait en effet estimé que cette saisie semi-automatique constituait un outrage à la réputation de la Lyonnaise de Garantie et que Google disposait des moyens techniques pour exclure ce résultat de son moteur de recherches, comme elle le faisait déjà pour des suggestions pornographiques, violentes ou incitant à la haine. La Cour avait ainsi refusé de suivre la ligne de défense du célèbre moteur de recherche, selon laquelle ces suggestions sont un reflet du comportement des internautes (et des recherches préalables qu’ils ont effectuées) et ne sont donc pas de la responsabilité de Google.

Il y a deux mois, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), J’accuse!-action internationale pour la justice (AIPJ), SOS Racisme et le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) ont à leur tour assigné Google devant la justice pour que le moteur de recherche cesse d’associer automatiquement le mot “juif” au nom de personnalités du monde politique, des médias et des affaires faisant l’objet de requêtes d’internautes. Selon l’avocat des associations, Google Suggest aboutirait à “la création de ce qui est probablement le plus grand fichier juif de l’histoire » et ne respecterait donc pas la loi réprimant la constitution de fichiers ethniques (art. 226-19 du Code Pénal français).

Aujourd’hui, les associations se sont officiellement désistées de leur action suite à un accord (secret) obtenu avec Google. Au vu des recherches effectuées aujourd’hui au nom du nouveau président français, il semblerait que cet accord comporte plutôt des compensations financières qu’un retrait des suggestions par Google.

 Wist je dat het spuien van ongebreidelde kritiek en grove beledigingen op sociale netwerksites nu ook door vrederechter geviseerd wordt?

In onze Sirius weekly van 1 juni 2012 kwam reeds kort de verhouding tussen het recht op vrije meningsuiting en het arbeidsrecht aan bod in het kader van het ontslag om dringende redenen wegens uiting van grove en verregaande beledigingen tegenover collega’s, cliënten en/of de werkgever op sociale netwerksites. De conclusie was toen, wat het recht op vrije meningsuiting betreft, dat arbeidsgerechten doorgaans het spuien van ongebreidelde kritiek en het uiten van verregaande en grove beledigingen op sociale media als een valabele dringende reden aanvaarden. Partijen zijn elkaar immers ook tijdens de uitvoering van de overeenkomst eerbied en achting verschuldigd waardoor een schending van het recht op vrije meningsuiting niet kan worden weerhouden indien uit de objectieve feitelijke gegevens blijkt dat door de geleverde kritiek een vertrouwensband absoluut onmogelijk is geworden.

Dat sociale media hun weg naar de werkvloer hebben gevonden is reeds langer duidelijk en de relevantie van sociale media in het arbeidsrechtelijke contentieux is niet te onderschatten. Deze doorwerking zet zich nu verder in het familierecht, zo blijkt uit een beschikking van de vrederechter te Ninove van 3 mei 2012.

In een procedure ter verkrijging van dringende en voorlopige maatregelen conform art. 223 B.W. verzocht een echtgenote o.a. haar man een verbod te horen opleggen de echtelijke conflictsituatie nog verder in het lang en het breed op facebook uit te smeren. Haar echtgenoot had zich immers herhaaldelijk zeer laagdunkend over haar uitgelaten en tal van aanstootgevende tekstberichten op diezelfde sociale netwerksite gepost. De vrederechter had oren naar het relaas van de vrouw en legde partijen dan ook, onder verbeurte van een dwangsom van 100 EUR per overtreding, het verbod op “enige lasterlijke of beledigende commentaar tegenover elkaar of de kinderen via publieke fora zoals sociale media te verspreiden”. Het verbod werd opgelegd voor ongeveer één jaar, met mogelijkheid tot eerdere intrekking op verzoek van de meest gerede partij.

De vraag die zich in deze stelt is of de vrederechter door aldus te handelen niet het recht op vrije meningsuiting beknot. Het is immers zo dat de vrederechter geen maatregelen kan nemen die een inbreuk vormen op de door de Grondwet en verdragen beschermde rechten en vrijheden, waartoe het recht op vrije meningsuiting behoort. Limitering van dit laatste recht ligt dan ook erg moeilijk, doch er zijn een aantal elementen in deze die de maatregel van de vrederechter legitimeren; (1) het betreft geen preventieve maar repressieve maatregel aangezien de aantijgingen reeds gedurende enige tijd op facebook werden gepost en het verbod als reactie daarop moet worden gezien, (2)het uitgesproken verbod ontmoedigt de echtgenoot tot het spuien van nieuwe grove uitlatingen waardoor de kans op een nieuw misdrijf van laster en eerroof afneemt en (3) de bescherming van het privéleven van zowel de vrouw als de kinderen van het feitelijk gescheiden koppel wordt door het verbod enigszins verzekerd.

Een belangrijke uitspraak waarbij de rechterlijke macht het ongebreidelde gebruik van sociale media een halt toeroept. Wordt ongetwijfeld vervolgd.

Saviez-vous que TF1 ne fait pas dans la dentelle lorsqu’il s’agit de licencier ses employés ?

En 2009, l’employé licencié était cadre chez TF1 et avait pour mission de contribuer à la veille sur les nouveaux services et technologies du web (responsable Pôle innovation web).

Le 19 février 2009, celui-ci a envoyé un e-mail à Françoise de Panafieu, à l’époque députée, pour lui communiquer ses doutes sur l’efficacité du système Hadopi (destiné à lutter contre le téléchargement illégal en France). Il a affirmé qu’il était favorable à la lutte contre le piratage mais critiquait les modalités de la loi Hadopi.

Les services de la députée avaient alors transféré ce courriel au cabinet du ministre de la Culture qui l’avait à son tour communiqué à TF1 avec ce commentaire : « Vous avez des salariés qui manifestement aiment tirer contre leur camp ».

TF1 a immédiatement pris la décision de licencier l’employé en question pour motif réel et sérieux. La direction lui reprochait son opposition à la stratégie de l’entreprise dont elle estime que l’adoption de cette loi constitue un enjeu majeur.

Le 1er juin dernier , le conseil des prud’hommes de Boulogne-Billancourt a estimé que TF1 restait en défaut d’apporter la preuve du caractère central de l’Hadopi dans sa stratégie d’entreprise et de son incompatibilité avec l’opinion de son ex-responsable Pôle Innovation web sur cette loi, transmise par e-mail à sa députée. Le licenciement n’avait donc aucun caractère réel et sérieux.

Le conseil des prud’hommes a par contre rejeté deux autres revendications de l’employé licencié :

–        Pas de discrimination politique : les idées avancées par l’employé sont d’ordre technique ou juridique mais pas politique ;

–        Pas de violation de la vie privée : l’employeur (TF1) a reçu cet e-mail via un tiers, qui l’avait lui-même reçu du destinataire officiel de l’e-mail, le cabinet d’une députée.

En Belgique, nous connaissons également la possibilité de licencier un travailleur pour « motif grave », à condition toutefois que ce motif grave rende immédiatement et définitivement impossible toute collaboration professionnelle entre l’employeur et le travailleur (art. 35 loi sur le contrat de travail). Le travailleur doit donc avoir commis une faute particulièrement grave et l’employeur doit avoir immédiatement pris la décision de mettre fin à la collaboration suite à la survenance de cette faute.